La Lône de la Ferrande à Jons

Visite proche en toutes saisons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DEPART

 

Qu'estce que la lône ? Une lône (du franco-provençal lona, issu du germanique lûnho1) est un bras mort d'un fleuve qui reste en retrait du lit de celui-ci et se trouve alimenté en eau par infiltration ou en période de crue, au cours desquelles son tracé peut alors être modifié. (Le terme lône était utilisé à l'origine pour le Rhône, mais il est aussi étendu à d'autres cours d'eau notamment l'Isère.) On parle de broteau (écrit avec deux t à Lyon pour le quartier des Brotteaux2, du francoprovençal broteu, prononcé [bro'tjo] à Lyon) pour désigner les îlots (inondables, en constante évolution) formés par les lônes. Et de vorgine (du francoprovençal vorzina, issu du gaulois worrike3) pour désigner le lieu où pousse la 'vorge' (saule), végétation caractéristique des lônes et broteaux. Le département du Rhône en dénombre plus de 250 lônes, d'importance variable. Celle de Jons est la plus remarquable. L'entrée est située près du pont de Jons. Un chemin de 2,5kms la borde en boucle. Altitude moyenne 185m Cette eau de surface est lente et stable. Lorsque l’on entre dans le petit chemin, qui descend à la lône, il y a une courte prairie herbeuse où l’on peut s’arrêter pour comprendre que l’on est dans un endroit exceptionnel.

 

 

PREMIERE ETAPE

 

Dans cette prairie nous sommes au bord de l’eau, quatre éco-systèmes sont ici sous nos yeux : le système aquatique : l’eau,ses habitants et ses réserves de nourriture sous forme de phyto-plancton la zone humide : ce sont entre eau et terre les roselières (où poussent des roseaux) avec ses oiseaux nombreux et divers,(autour de 150 espèces observées ou baguées) ses réserves de nourriture la forêt tendre : les saules, les peupliers, qui sont au milieu de l’eau entre lône et fleuve, et ses réserves de nourriture dans le bois mort qui reste heureusement sur place la forêt de bois dur : les chênes et les frênes qui sont sur la rive côté Jons Ce qui est remarquable, c’est que ces 4 zones sont inter-connectées et inter- dépendantes, elles forment un tout cohérent, unique en Europe, car la chaine alimentaire est constante, depuis le plancton, poissons, insectes, batraciens, oiseaux, et jusqu’au super prédateur de l'eau qui est le brochet et celui des airs, le grand-duc qui habite la Lône, et les hérons cendrés. Continuez votre chemin en silence car ce peut être l’occasion d’apercevoir nombre d’oiseaux qui se tiennent parfois près des rives : héron cendré, grèbe huppé sur son nid, foulque macroule, cygne tuberculé, canard colvert…

 

 

DEUXIEME ETAPE (le Poudingue)

 

Si ce milieu est exceptionnel c’est aussi à cause des falaises, qui sont visibles le long du chemin côté Jons. Le Rhône coulait , énorme déversoir, à la fin du quaternaire quand les glaciers fondaient , et le sable et les galets qu’il charriait comprimés par la pression, ont formé ces falaises de "poudingue", que le dictionnaire définit comme "roche détritique conglomérée dont les éléments sont des galets plus ou moins arrondis réunis par un ciment". Ainsi l’alliance du climat, du sol, de l’hydrologie, et la constance de la chaine alimentaire sont ici un gage de biodiversité. Les grands prédateurs ne prélèvent pas plus qu’ils ne doivent et pour le moment tout est en équilibre.

 

 

 

 

 

 

TROISIEME ETAPE (la falaise)

 

La falaise de sable qui est au tournant de la promenade est aussi une trace de ces limons déversés et comprimés. Dans cette falaise il y a des nids et de nombreux habitants bien cachés : le Grand-Duc, les martin-pêcheurs, et des micros cavités où nichent les chauves-souris. En continuant tout droit, on arriverait à Villette d'Anthon. On est ici à la limite des départements du Rhône et de l'Isère.

 

 

QUATRIEME ETAPE (Les iris d'eau)

 

Dans le talus, à l’ombre des arbres qui bordent le chemin, on trouve une fougère particulière et bien reconnaissable : l’asplénium ou "langue de cerf". Il faut continuer le chemin qui offre de beaux points de vue sur la lône. Aux deux bifurcations rencontrées, prendre à gauche et rester près de la rive ; peu à peu, le sentier devient étroit. En hiver, le Rhône est souvent envahi par le brouillard. On pourra observer à cette saison des cormorans perchés sur les arbres. Il est aussi possible de trouver quelques coupes et écorçages de branches et rameaux révélant la présence du castor. Au printemps, comme en cette fête de l'eau à Jons, nous pouvons aisément voir sur les peupliers du broteau en face les hérons sur ou autour de leurs nids (nids plus visibles l'hiver sans le feuillage, mais vides. Les hérons étant des oiseaux migrateurs. Nous sommes des visiteurs dans cet endroit magnifique ne laissons aucune trace de notre passage, ne dérangeons pas nos amis les animaux sauvages, et souvenons-nous que nous partageons le cadeau de la Vie avec eux. Bonne et harmonique promenade.

 

Texte rédigé par l'Association des Amis de la Garine de Jons

Contact

chez Martine Schoubben et Guy Lefebvre

agréé Gîtes de France n° 1282

34-36, chemin de Montalet

69330 JONS

Téléphone cellulaire : 06 51 20 61 28

Inscription, gestion

Directement au service réservation des Gîtes de France :

1, rue Général Plessier 69002 LYON

Téléphone : 04 72 77 17 50

Télécopie : 04 78 38 21 15

Courriel : accueil.reservation@gites-de-france-rhone.com

Site des Gîtes de France : http://www.gites-de-france-rhone.com/

Liens directs

Gîtes de France du Rhone

Le village de Jons

Météo sur Lyon

Depuis 1998